2019 : La meilleure saison de tous les temps ? [DOSSIER]

Ce début de saison 2019 véritablement passionnant de suspens et spectacle. F1x.fr est convaincu que ce début de saison laisse présager une extraordinaire lutte.
Éléments de réponse : c’est parti !

UNE LUTTE SANS MERCI

« Jamais la lutte n’avait été aussi grande entre les écuries de Brackley et de Brackley »

Ce qui nous a tout de suite plu cette année, c’est ce qui est le plus évident : une lutte acharnée. Après quasiment sept Grand Prix, jamais la lutte n’avait été aussi grande entre les écuries de Brackley et de Brackley… Dans un mano a mano digne des plus grands films hollywoodiens, on a tout de suite senti une lutte évidente, entre flèches d’argent et flèches d’argent.

Cette lutte, on ne va pas vous en faire un dessin, reste clé dans les déterminants d’une belle saison… Et la lutte se joue n’importe où ! Au championnat constructeur, au championnat pilote… Le suspens est partout entre Lewis et Hamilton, tout deux clairement au dessus de leur coéquipier respectif…

UN RÈGLEMENT AÉRO NOVATEUR

« Ce fut un bonheur d’observer le nombre de voitures qui se suivent à seulement 15 secondes »

En F1, il y a l’homme et la machine, et que serait une belle saison si les voitures n’étaient pas à la hauteur ? Non, très sérieusement, ce fut un bonheur entier d’observer sur ces six Grands Prix le nombre de voitures qui se suivent à seulement 15 secondes. Voir des voitures si proche fait frissonner le premier fan, et sans parler des pilotes… Les confidences de Russell qui se serait pissé dessus de bonheur sont déjà cultes…

Et puis, observer des voitures si fragiles rouler à 200 km/h dans les rues de Monaco, quel pied ! Au moindre petit contact, comme par exemple entre les deux leaders à la chicane du port suffirait à faire voler en éclats les deux voitures qui ne pourraient pas repartir. Le suspens est incroyable pour de telles machines.

UN FESTIVAL DE DÉPASSEMENTS

« L’an passé, ils étaient au nombre 10 par course !ON EST PASSÉ À 14 ! »

Avec une lutte sans merci, et d’extraordinaires batailles, il est donc nécessaire de parler du nombre ahurissant de dépassements cette année. L’an passé, ils étaient au nombre 10 en moyenne par course et cette année, mais quel bouleversement ! ON EST PASSÉ À 14 !

L’essentiel de l’action se déroule, en plus, en tête de course… Mais quelle lutte entre les Mercedes et les Williams, toujours en train de se dépasser ! Et puis Liberty Media qui fait exprès de tuer le suspens et nous faisant croire que Kubica est à 14 tours… Cette saison est époustouflante de suspens et d’intox.

DES PNEUS AU NIVEAU

« La deutch kalitat à l’italienne. »

Dans la discipline reine du monde du sport de voiture motorisée par des moteurs hybride, thermique essence et électrique, autrement dit, la Formule 1, les pneus sont un facteur déterminant pour la réussite d’un grand cru de cette catégorie auto-sportive. Et force est de constater, Pirelli a extraordinairement bien bossé, des pneus d’une qualité incroyable, la Deutsch kalitat à l’italienne sans doute. Les pneus ont proposé et proposent cette année un niveau de performance incommensurable.

Eh oui, fini les courses chiantes et les pneus super-hards qui font 150 tours, maintenant se sont les hards qui en font 120 ! Mais quelle perfo ! Même Michelin cherche encore à comprendre le talent de cet extraordinaire manufacturier, qui offre à leur manière, un formidable spectacle.

DES CIRCUITS DÉMENTIELS

« Comment avoir un circuit de merde me demandez-vous ? »

En fait, tout à l’heure, on vous a un peu menti : la F1, c’est surtout l’homme, la machine et le circuit.

Que serait la Formule 1, cet extraordinaire spectacle, si nous passions les Grands Prix sur des tracés d’exception ? Bon, à l’exception du circuit de Monaco, tous les autres tracés sont dégueulasses et nous offrent des courses comme on les aime.

Alors là, maintenant, comment avoir un circuit de merde me demandez-vous ? Eh bien c’est simple, vous allez dans une ville soit très riche (PIB supérieur à ce que gagne la F1), soit très pauvre (PIB inférieur à ce que gagne F1x.fr, une fois la ville trouvée, incorporez-y une ligne droite, de préférence interminable (entre 1 et 3 km), puis mettez un virage à 90° (Facile, vous êtes en ville), rajoutez un enchaînement de virage connu (vous cassez pas le fion, prenez Maggots, Becketts & Chapel) et vous avez un circuit de Baku… Euh non, excusez-moi, vous avez un circuit de merde.

DES PILOTES TALENTUEUX

« La véritable relève est talentueuse et présente »

Ne me parler pas de Hamilton, de Vettel, la relève est là : Ocon, Wehrle… Ah non, excusez-moi… La relève est là, les Kubica, les Kv… Ah non, pardon, encore une erreur, non, la véritable relève est talentueuse et présente, nous avons Lance « Troll » Stroll, un génie du départ, un caractère incroyable, une humilité gracieuse, tout le monde l’envie… Enfin, envie ses billets, pas lui, mais c’est pas grave ! Il est là, profitons-en, et profitons de cette saison extraordinaire, extraordinairement chiante.


La F1, c’est l’homme, la machine et le circuit. On a déjà parlé du circuit et de la voiture, mais, pour une belle saison, il faut des grands pilotes, et là aussi, nous sommes servis !

C.B.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :